Comment le réchauffement climatique crée de nouvelles occasions


Source image : Science et Avenir


L’Arctique est une zone qui peut être définie par de nombreux critères. Pour un géographe, c’est la zone où le soleil ne se couche pas en été, pour un météorologue ou un biologiste, c’est la zone qui ne dépasse pas les 10˚C, pour un pédologue se sera la zone du pergélisol. Aujourd’hui, 6 pays ont accès à l’Arctique.


Grâce ou à cause du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, de nouvelles opportunités se créent. Il y a encore quelques années, l’Arctique était vue comme un désert de glace inhospitalier, aujourd’hui, la vision mondiale a changé, la réduction de la surface de l’Arctique pourrait, dans quelques décennies, permettre l’ouverture de nouvelles routes commerciales, ou de nouvelles zones d’extraction de minerais, comme du zinc ou du pétrole.


Et qui dit nouvelles sources de richesses, dit combats pour les obtenir. Les États-Unis, la Russie ou encore le Canada sont les privilégiés dans cette bataille, mais d’autres pays comme la Chine ou la France se montrent aussi intéressés, et par l’intermédiaire de la Norvège, le Groënland (ou la Russie pour les Français) s’achètent leur droit d’extraction.


Outre les ressources minières, c’est aussi la création de nouvelles routes maritimes qui intéressent les grandes compagnies de transport du monde. La fonte des glaces du côté russe pourrait ainsi permettre de réduire la distance de transport du continent européen vers le continent asiatique de près de 10 000km et entrainer une réduction importante des coûts du transport maritime mondial. De l’autre côté de l’Arctique, une autre route pourrait se créer près des côtes canadiennes.


Cependant le tableau n’est pas complétement rose. D’un point de vue climatique, la fonte des glaces est un désastre et l’augmentation des flux dans la zone ne feront qu’empirer les choses encore plus vite. De plus, de nombreux gaz sont retenus dans les glaces polaires et même si on ne sait pas vraiment aujourd’hui l’importance que la libération de ses gaz aura, on peut se douter qu’elle sera néfaste. Sans parler des conséquences climatiques, les conséquences humanitaires seraient aussi terribles, la fonte des icebergs entrainerait la montée du niveau de la mer, la disparition de petites îles et des mouvements de migrations des côtes vers l’intérieur des terres.


Pour conclure, je dirais que même si la fonte des glaces pourrait nous offrir une perspective économique nouvelle, il faut tout de même s’interroger sur les risques climatiques et humanitaires que cela entraînerait.


L’avenir est incertain dans les pôles. Doit-on les garder sanctuaires ou se les approprier ? Je vous laisse donner votre avis !


Sources : Le Dessous des Cartes


Baptiste Stipa