Le fonctionnement du système russe


Source image : Le Nouvel Obs


Depuis quelques années, le régime russe de Vladimir Poutine est de plus en plus comparé et considéré comme une dictature par l'opinion mondial. Mais qu'est-ce qu'il en est véritablement de cette immense nation, fille de l’URSS ? Nous allons essayer de comprendre et d'expliquer comment fonctionne la politique du plus vaste pays du monde.


La Russie après l'URSS

Depuis 1917, un régime communiste totalitaire et dictatorial dirigeait l'ex-empire de tsars, alors appelé Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS). Après la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide, et malgré le plan de reconstruction pérestroïka et le plan de transparence glasnost lancé à partir de 1986 par le dirigeant du Parti communiste de l'Union soviétique, Michaël Gorbatchev, les puissances militaires et surtout économiques de l'URSS avaient de moins en moins d'importance face aux puissances capitalistes. En 1991 sous la direction de Boris Eltsine, président de la RSFSR, le Parti communiste est dissout et Eltsine proclame l'indépendance de la Russie et déclare qu'elle se retire de l'Union soviétique. Alors, apparaît 15 républiques indépendantes. De plus Boris Eltsine invite les républiques devenues autonomes et indépendantes à prendre le maximum de pouvoir et de souveraineté. Ainsi Boris Eltsine créa la CEI, la communauté des états indépendants, qui regroupe 9 des 15 Républiques de l'ex-URSS et qui a pour but de coordonner et d'éviter les conflits entre les nations. Pour faire simple, ce sont des raisons économiques, militaires et politiques qui ont provoqué la dislocation de l'Union soviétique. En 1991, Boris Eltsine se trouve donc à la tête d'une Fédération fragilisée et instable. Va alors suivre une période de confusion assez sombre. L'économie russe est au plus bas, la pérestroïka et la "thérapie de choc" étaient deux plans de libération massive de l'économie et ont plongé de 35% le PIB national entre 1990 et 1992.  Nous allons rapidement passer sur cette période assez dévastatrice pour la Russie avec des employés qui n'ont pas été payés pendant plusieurs mois, un taux de pauvreté multiplié par 4, des salaires divisés par 3 environ et pendant ce temps, des grands patrons qui ont abusé de la vague de privatisation des entreprises. Boris Eltsine, président de la Fédération de Russie, la dirigera jusqu'en 1996 puis après avoir été élu, bien que les élections aient été fraudées, il est réélu. Mais il doit faire face à une nouvelle crise économique, celle de 1998, et sombrant dans l'alcool, il démissionne pour plusieurs raisons, notamment de santé, le 31 décembre 1999. Les élections sont donc avancées et Vladimir Poutine, premier ministre de Boris Eltsine, ancien officier du KGB, ex-chef du FSB, et complètement inconnu de la population, assure la présidence du pays jusqu'à celles-ci. Malgré cela, il remporte les élections de mars 2000 dès le premier tour avec 53% des voix. 


Fonctionnement depuis Poutine

Nous allons maintenant nous pencher sur Vladimir Poutine et le fonctionnement de son régime. Tout d'abord, la Russie est une république fédérale de 17,1 millions de km2 et de 146,8 millions d'habitants, et a pour capitale Moscou. Elle est divisée en 85 sujets égaux, mais ayant un statut politique intérieur propre à chacun qui sont entre-autre des Républiques, des territoires, des régions ou des villes. Par exemple, certaines villes sont donc autonomes et ont leur propre gouvernement. La Constitution de la fédération de Russie dispose, dans l'article 5, à propos de ses sujets : « 1. La fédération de Russie est composée de républiques, de territoires, de régions, de villes d'importance fédérale, d'une région autonome et de districts autonomes, sujets égaux en droits de la fédération de Russie. ». Le pouvoir exécutif est exercé par le président élu au suffrage universel direct pour 6 ans (Vladimir Poutine a rallongé de 2 ans le mandat présidentiel lors de son 3ème mandat). Ce mandat ne peut normalement être renouvelé qu’une seule fois consécutivement. Le pouvoir législatif est détenu par l'Assemblée fédérale composée de la Douma, 450 députés élus au suffrage universel direct pour 5 ans, et du conseil de la Fédération avec 170 sénateurs représentants deux sujets chacun. Selon que le sujet soit une République, un kraï (territoire) ou un oblast (région), les statuts et les fonctionnements intérieurs des sujets sont différents. Mais ils ont chacun un pouvoir exécutif exercé par un chef, un gouverneur et un maire, un pouvoir législatif détenu par un parlement régional, et un pouvoir judiciaire. 


Donc, en 2000, Vladimir Poutine prend la direction d'une Fédération touchée par la crise économique. Il décide de reprendre vigoureusement en main le pays. Il assure vouloir "rétablir la discipline, l'ordre, la sécurité et préserver l'intégrité territoriale de la Russie.” Pour cela il renforce considérablement son pouvoir. Ancien directeur du FSB (ex-KGB, service secret et police politique), il va instaurer un régime plus qu’autoritaire. Il veut redresser la puissance militaire et économique de la Russie. Pour cela il prendra plusieurs mesures. Président pour 2 mandats de 2000 à 2004, et de 2004 à 2008, la Constitution l'oblige à quitter la présidentielle. Néanmoins, il va diriger le pays en tant que premier ministre de Dmitri Medvedev jusqu'en 2012, suite à quoi il peut refaire un mandat où il est élu par des scrutins manipulés et faux. Il rallongera, lors de son troisième mandat, de 2 ans les mandats présidentiels. Ainsi en 2018, il devait normalement quitter la présidence du pays, mais il réussit à changer la Constitution, et à redevenir président pour 6 ans. On voit donc sa volonté de rester au pouvoir. 


En 2014, la crise de la Crimée va provoquer le plus grand conflit militaire depuis la guerre froide en Russie. La Crimée, territoire appartenant à l'Ukraine était une ancienne région russe. Pour des raisons stratégiques, la Crimée offrait de véritables avantages militaires ; en effet en hiver c'est le seul passage non glacé pour les navires russes voulant aller vers l'Occident et l'océan Atlantique. Suite à des évènements diplomatiques et militaires que nous n'allons pas développer, la Crimée est annexée à la Fédération de Russie. Cette annexion est prise comme illégitime et comme un viol des droits internationaux pour les États-Unis et la plupart des pays de l'UE, qui vont appliquer de graves sanctions économiques qui vont plonger de 10% le PIB national. Si nous avons détaillé cette crise, c'est qu’elle illustre bien la volonté de Poutine d'imposer son pouvoir et d’augmenter sans cesse son pouvoir quitte à faire faillir l’économie de son pays.


Ainsi pour beaucoup la Fédération de Russie de Vladimir Poutine est considérée comme une dictature et est loin de la démocratie. Cela est appuyer par plusieurs arguments. Tout d'abord, il y a un grand problème au niveau des parti politiques. En effet, le système de Poutine a fait en sorte que l'opposition politique soit nulle, c'est à dire que pour qu'un parti soit créé, il faut qu'il respecte un certain nombre de conditions et de normes sans lesquelles ce parti ne peut exister. De même le gouvernement n'a pas hésité et n'hésite pas à assassiner des opposants politiques qui menaceraient l'accès au pouvoir du parti de Poutine. De plus, Poutine, pour se faire réélire, n'a pas hésité à changer la Constitution. On assiste donc à une réelle envie de possession de pouvoir qui se rapproche de la dictature. Les manifestations sont quasiment toutes interdites, même si on assiste peu à peu à une tolérance croissante du gouvernement. On peut se faire arrêter et emprisonner pour des motifs politiques (par exemple il est déjà arriver que la police saisissent des hommes ou des femmes qui avaient critiquer ouvertement le pouvoir de Poutine). Les libertés que nous connaissons, sont là-bas peu présentes : l'homophobie fait partie du gouvernement et les LGBT sont interdits. De même pour la presse qui est extrêmement surveillée et contrôlée. On assiste fréquemment à des assassinats politiques opérés sur des journalistes : la liberté de presse est quasi inexistante. Pour un grand nombre de pays, les élections présidentielles de 2012 et de 2018 ne sont pas significatives car elles ont été trafiquées. Ainsi aujourd'hui, pour les politologues, la Russie se trouve sur une zone grise entre la démocratie et la dictature. Pour ces derniers, la Russie a donc un régime d'autoritarisme compétitif.


Pour moi, la Russie est bien loin de la Démocratie que nous connaissons, mais même si ce régime est plus souple que l'URSS ou que la Corée du Nord, cela reste une sorte de dictature. En effet, comment voulez-vous qualifier un régime autoritaire avec un président assoiffé de pouvoir qui regrette la chute de l'URSS qui est pour lui la plus grande défaite qu'il ait connu, au point de changer la Constitution, d'éliminer ses adversaires politiques (Boris Nemtsov, l'opposant de Poutine est assassiné en 2015 devant le Kremlin),  et d'interdire les partis opposés au sien, un régime avec des libertés bafouées et inexistantes telles que la liberté de presse, et d'opinion ( les manifestations contre le pouvoir présent et, de manière générale, les évènements politiques de l'opposition sont interdits et sévèrement réprimés), un régime pour qui la course à l'armement est encore présent et qui met le pouvoir militaire avant toute chose ( on voit bien que lors de la crise de Crimée, il est évident que le gouvernement russe préférait se voire annexer la Crimée et avoir des sanctions économiques plutôt que le contraire, ce qui révèle bien sur la personnalité de Poutine), un régime avec des polices politiques qui surveillent et espionnent tous, pour vous envoyer en prison pour la moindre raison, sinon d'une dictature? Néanmoins, après plusieurs études, on s'est aperçu que le peuple russe, était de manière générale assez satisfait de leur gouvernement, et fier de leur président qui selon eux se sacrifie et se donne tout entier à son pays. Il semble important de dire que les russes ne sont donc pas mécontents et ne se plaignent pas (sauf une minorité). Il y a donc une certaine acceptation de cette dictature qui me semble plutôt louche...


Voilà, je pense très clairement que la Russie est une dictature, certes moins dure que l'ex-URSS et que la Corée du nord, mais qui reste une dictature. Même si ces derniers temps le gouvernement tend à être un peu plus souple, pour moi les libertés ne sont que très peu présentes, et ne font pas parti de la Constitution, et encore moins du vocabulaire de Poutine.


Et toi que penses-tu de Poutine et de la Russie en général ? Trouves-tu en ce régime une sorte de dictature, ou alors au contraire penses-tu que c'est une démocratie ? Ton avis nous intéresse, alors partages ton opinion.


Sources :

Franceinfo, Franceculture, L'Expressl'Histoire en 5 minutes,  France 24,   Le Monde, Europe 1, le Huffpost