Le plan post-Covid de l'UE pour faire repartir l’économie européenne


Source image : CPI


La crise du coronavirus a été, en plus d’une crise sanitaire, une crise économique. Énormément de commerces, d’entreprises, de compagnies… ont du fermer leurs portes pendant 3 mois, avec seulement une promesse de réouverture. Mais pendant ces 3 mois, elles ne se sont pas autofinancées. Elles ont reçu une aide économique de la part de l’État, aide ne les couvrant pas totalement. Les États européens sont ainsi affaiblis économiquement et le PIB européen pourrait subir une chute de plus de 7%, le Conseil Européen a donc chargé la commission européenne d’élaborer un fond de relance à une échelle européenne.


Le plan d’aide

Le 9 avril, l’Eurogroupe a élaboré des mesures d’urgence à court terme : 540 milliards d’euros répartis en trois filets de sécurité. Ceux-ci sont à hauteur de 100 milliards d'euros pour la réassurance chômage européen, 200 milliards d’euros pour les entreprises, et 240 milliards d'euros pour le mécanisme européen de stabilité.

Pour le long-terme, Next Generation EU va mobiliser dans les années à venir 750 milliards d’euros qui viendront s’ajouter à ces 540 milliards. Soit au total une aide européenne de 1300 milliards d’euros.


D'où vient cet argent ?

Pour résumer, « l’Union européenne va emprunter en commun, dépenser là où c’est le plus nécessaire, rembourser plus tard ». Donc une dette commune pour l’Union, qu’elle n’aurait à rembourser qu'à partir de 2028.


Comment le redistribuer ?

Les deux tiers de ces fonds seront transformés en subventions (aides financière accordée par l’État). Le tiers restant se regroupera sous la forme de trois piliers.

Le premier pilier servira à soutenir les pays et les régions les plus touchés par la crise (les pays du Sud seront donc les plus grands bénéficiaires : l’Espagne et l’Italie avec plus de 130 milliards d'euros chacun, et la France avec 39 milliards d'euros).

Le deuxième pilier se mettra en place comme une aide financière au secteur privé cette fois, et sera composé d'à peu près un dixième des fonds.

Enfin le troisième pilier sera une aide aux États pour améliorer leur système de santé.


Et la France ?

Alors que l’UE met 1300 milliards d'euros à disposition des 27 pays européens, la France, elle,a dépensé plus de 700 milliards d'euros pour la gestion de cette crise et devra donc prendre à sa charge les dépenses non « remboursées » par l’Union. La France dispose donc de 38,8 milliards d’euros mis à disposition par le plan de relance.


Voici deux documents qui résument la répartition des fonds mis en place par ce plan :

Source image : IFRAP


Source image : Statista


Sources : La Croix, Toute l'Europe, economie.gouv.fr

Paul M.