S'informer aujourd'hui



Les médias sont les porte-parole de la vie politique. Tous les jours, des millions de français se lèvent avec des matinales à la radio, lisent de grands journaux, comme Le Monde ou Libération, terminent leur journée sur un JT. D’autres encore, suivent Hugo Décrypte sur YouTube, Fast Infos sur insta ou Demain Citoyens sur le web. Bref, nos intermédiaires avec la vie politique sont nombreux, et la quantité d’information qui circule est exponentielle.


Et justement, ces intermédiaires captent les informations pour ensuite les partager à leur public. Lorsque l’on s’informe à travers un média, il faut avoir à l’esprit que leur ligne éditoriale peut avoir des penchants politiques plus ou moins explicites. Par exemple, Valeurs Actuelles assume sa position à droite, alors l’Humanité se situe à gauche de l’échiquier politique français.


Ensuite, le propriétaire peut aussi avoir une influence, directe ou pas sur son média. Le Monde Diplomatique a sorti cette affiche, qui montre clairement que la quasi-totalité des principaux médias appartiennent à de très grandes fortunes, qui peuvent avoir des intérêts. Les médias sont généralement peu rentables, mais sont souvent utiles pour influencer l’opinion publique.

24% des français n’ont plus confiance aux médias, selon le sondage réalisé en 2019 par le Reuters Institute Digital News. Comme dans beaucoup de pays dans le monde, le journalisme ne vit pas de très beaux jours. Beaucoup de facteurs peuvent l’expliquer : comme dit précédemment, mais la proximité entre les milliardaires et les médias peuvent interroger le public sur la fiabilité des informations. Les conflits d’intérêts sont courants, et il n’est pas surprenant d’apprendre que certains médias ont dû éviter des sujets, inviter des politiques d’un même bord, à cause du groupe auquel ils appartiennent.


D’autres critiques existent, et portent notamment sur la priorité des médias à faire des bons chiffres d’audience, un bon nombre de tirages, plutôt qu’un journalisme de fond, qui approfondi ses sujets, et qui ne cherche pas en permanence le dernier scandale qui attirera le plus le public.


Sur les réseaux sociaux, de nouveaux médias émergent : de nombreux comptes sur Instagram, YoutTube et Twitter récapitulent, vulgarisent, analysent et résument l’actualité. HugoDécrypte, par exemple est très suivi, et fait un travail de qualité, quotidiennement, avec des vidéos, des reportages, des lives et des récap d’actus. Il faut néanmoins être vigilant avec les informations réseaux sociaux, pour atteindre un public plus large, pour susciter des réactions, pour être partagés, des médias peuvent faire circuler des fakes news, volontairement ou pas. Même s’il s’agit d’un nouvel espace de vie pour les débats politiques, d’échanges, de relations, les réseaux sociaux servent aux manipulations, peuvent polariser le monde politique, et font circuler, selon de nombreuses études, 6 fois plus rapidement les fausses informations, souvent plus choquantes, plus intéressantes, que les vraies informations.


Demain Citoyens ! est un média. Un de ses nombreux engagements, c’est son caractère apartisan : nous ne chercherons jamais à influencer pour un quelconque bord politique. Nos articles dans la partie « analyse » ont tous vocation à être les plus neutres possible ; cependant dans notre partie « opinion » libre à nos rédacteurs d’exprimer leur point de vue sur de nombreux sujets politique.


Être informés, en tant que citoyens, c’est vital pour avoir une vraie opinion sur l’actualité, être libre et indépendant. Ignorer les médias, laisser faire le pouvoir, c’est prendre le risque de se faire manipuler, et dans le pire des cas, c’est perdre notre chère démocratie.


Source Image : Journal du Dimanche

Louis Dumurgier