Situation sanitaire dans les lycées : entre protocole et réalité



Depuis la rentrée du 2 novembre, un nouveau protocole a été mis en place dans les établissements scolaires (à consulter ici). Ce protocole, censé être renforcé par rapport à celui appliqué avant les vacances de la Toussaint fait l’objet de nombreuses critiques quant à son application et son respect. La conférence de presse du Premier ministre de jeudi soir annonçait un maintien des mesures avec au moins 50% de présentiel jusqu’aux vacances de Noël.

Protocole sanitaire EDU_NAT
.pdf
Download PDF • 1.12MB

I. Le protocole sur le papier

Le Ministre de l’Éducation Nationale a publié une circulaire à l’attention de tous les lycées (et d’autres établissements).

Renforcement du protocole sanitaire :

- Limitation du brassage des élèves

Une limitation drastique du brassage des élèves dans l’établissement. Des arrivées et des départs décalés, des déplacements limités et des récréations organisées en groupes.


« La limitation du brassage entre élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau) est requise. En fonction de leur taille, les écoles et établissements scolaires organisent le déroulement de la journée et des activités scolaires pour limiter les croisements entre élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau). Cette limitation est d’autant plus nécessaire lorsque la distanciation entre élèves d’un même groupe peut difficilement être respectée (en particulier à l’école maternelle). Lorsque le non-brassage entre classes n’est pas possible (notamment en Première, Terminale), la limitation du brassage s’applique par niveau. »

Le point noir de ce protocole est la restauration scolaire. « S’agissant des élèves des écoles élémentaires des collèges et des lycées, lorsque le respect de la distance d’un mètre entre élèves est matériellement impossible, il convient de faire déjeuner les élèves d’un même groupe (classe, groupes de classe ou niveau) ensemble et, dans la mesure du possible, toujours à la même table. Une distance d’au moins un mètre est respectée entre les groupes. »

- Nettoyage :

« Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) est réalisé au minimum une fois par jour.

Un nettoyage désinfectant des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et personnels dans les salles, ateliers et autres espaces communs (comme les poignées de portes) est réalisé plusieurs fois par jour.

Les tables du réfectoire sont nettoyées et désinfectées après chaque service. »

- Application de la distanciation physique


- Port du masque obligatoire dès 6 ans


- Mise à disposition de masques par l’Éducation Nationale pour les professeurs (dans le public) et par la région et l’établissement dans le privé.

II. Sur le terrain

« Un jour, une prof a poussé un coup de gueule sur le nettoyage. Elle nous avait dit que c’était censé être désinfecté trois fois par jour, on sait même pas si c’est fait tous les jours… On voit aussi des profs qui mettent le masque sous le nez. On nous dit d'ouvrir les fenêtres mais elles sont bloquées. On manque de locaux, de moyens et de personnel ! »

Marie, élève de terminale



« Mon lycée applique le plus possible le protocole, dans la mesure où on ne peut pas pousser les murs. Les conditions sont très mauvaises mais on fait comme on peut. Dans l’absolu le protocole est bien, mais on manque de moyens. Il est très beau mais aussi déconnecté de la réalité, plus de la moitié des mesures ne sont pas applicables... »

M.V., professeur de spécialité HGGSP



« C'est paradoxal de confiner la population alors qu'au même moment on est envoyés à l'école... On sait bien que les gestes barrières sont presque inapplicables, ça fait de nous un risque de contamination au sein des foyers. »

Nils, élève de première



« C'est bien beau tout ce qu'il se passe. La majorité des mesures ne sont pas applicables, on a vraiment l'impression d'être voués à nous-mêmes. Le Ministère se charge juste de nous transmettre les infos, et nous on applique comme on peut... »

Françoise, professeure de français


« Ahah, mon avis sur la gestion de la situation sanitaire ? Devoir de réserve (rires) ! »

Nicolas, professeur de spécialité SVT


On peut donc voir que le protocole sanitaire divise beaucoup. Jean-Michel Blanquer pâtira-t-il de cette crise ? Sa popularité est-elle vouée à chuter encore et encore ? La gestion de la crise pourrait-elle s’ajouter aux révélations de Mediapart de la semaine dernière ? Je vous laisse débattre de tout ça…

Source image : Source

Raph